Archive

Author Archives: annemariedidier

Le réchauffement climatique demande plus d’eau dans le jardin et surtout savoir économiser cette eau.

La meilleure méthode d’arrosage.

  • Il faut espacer les arrosages mais mettre une quantité d’eau suffisante afin qu’elle s’infiltre et incite les racines à se développer en profondeur, car  l’assèchement y est beaucoup plus lent.
  • Si vous mettez peu d’eau, celle-ci n’a pas le temps de s’infiltrer et la plante développe des racines proches de la surface. Cette surface s’assèche rapidement et les plantes deviennent très sensible aux variations d’humidité et peuvent en souffrir, à moins que cela soit vous qui souffriez à arroser votre jardin tous les jours.
  • Arroser  la plante au pied, soit avec l’arrosoir sans pommeau, soit à l’aide d’un tuyau en utilisant un jet reduit en filet pas trop fort
  • Le paillage – (voir post précèdent) Limite l’évaporation et protège les racines du soleil, empêche les plantes sauvages de se développer et de faire concurrence à nos légumes.  –  Utiliser le paillage de l’hiver, les tontes à gazon, les feuilles mortes, les fleurs de tilleuls…

En permaculture, on ne retourne pas le sol, mais on le couvre en permanence. Cette couverture va entretenir le sol et est un support à l’arrosage

Cinq raisons pour couvrir le sol :

Outil de travail du sol: les couverts végétaux et leur faune associée travaillent la terre. On protège cette faune du gel, du soleil on la garde à l’humidité et au chaud.

Conservation du sol. . Le paillage protège votre sol de la battance des pluie qui pourrait entrainer les limons fins et votre humus dans les ruisseaux. Il va au contraire recueillir l’eau, l’empêcher de ruisseler et lui permettre de s’infiltrer doucement dans le sol.

Les couverts protègent le sol du soleil. L’humus à un effet éponge (argile –humus) et a un effet réservoir, ils limitent l’évaporation.

Fertilisant, les couverts vivants  se minéralisent en nourrissant les cultures

Et enfin la dernière raison qui n’est pas la moindre. La couverture tient le rôle de désherbant car il prive les graines de lumière et ainsi ne peuvent pas lever. La jonction terre-paillage entretient quelque millimètres en fermentation et ainsi bloque la germination des graines.

 

Un abondant paillage en automne est important afin de préparer la terre pendant plusieurs mois. Au printemps, on sème ou on plante sur un sol mis à nu temporairement pour rajouter la couverture au fur et à mesure du développement des plantes

Les types de couverture

On ne parle pas du fumier, car ils nourrissent les plantes, mais créent très peu d’humus. De plus ils sont souvent issus d’élevage où l’on utilisent antibiotiques et autres médicaments.

Les pailles foins, feuilles mortes et tontes de gazons, tilleul.

Ces couvertures sont riche en cellulose et pauvre en lignite. Humus jeune et minéralisation facile.

Elles sont dégradées par les micro-organismes du sol qui produisent des éléments assimilables très rapidement par les plantes et en même temps construisent l’humus.

Paille et foins, couverture très performantes . Mais ATTENTION au problème de l’azote. Pour dégrader la paille fraiche, les micros organismes utilisent beaucoup d’azote !!!  (3 semaines de retard) Importance d’acheter la paille fin de l’été et celle qui sera utilisée pour l’été prochaine on la laisse se dégrader dans un coin – donc pas de choc d’azote

Les tontes de gazon sont faciles à installer entre les plantes et se dégradent très vite

Les feuille mortes comportent des minéraux puisés profondément par les racines des arbres et ont grand pouvoir  fertilisants. Les fleurs de tilleul sont aussi une bonne couverture

Les engrais verts

Véritables pompes à nitrates, à potasse, soufre et autres sels minéraux solubles, les engrais verts sont des coffres-forts qui stockent ces précieux nutriments des plantes et les mettent à l’abri du lessivage, notamment en automne et en hiver.

Les engrais verts font parti de la rotation. On sème en fin d’été début d’automne (sur une parcelle de PDT), phacélie, trèfle ou moutarde. Ces cultures vont protéger le sol et leur racines puissantes fissurent le sol et l’aèrent. les légumineuses tel que le trèfle, fixent l’azote de l’air et la transforme en nitrate.

Vous pouvez au bout de quelques mois, coucher ces plantes et les couvrir de paille qui va désagréger ces plantes (sucre- cellulose) et stimuler les bactéries. Le faire  avant la floraison pour laisser les réserves dans les racines. Les engrais verts produisent  qu’un peu d’humus mais sont de puissants extracteurs

La semence de ces engrais verts étant couteuse, il est conseillés d’en laisser une partie monter en graines afin de les récolter.

 

Le BRF. Bois raméal fragmenté.

Nous ne l’utilisons que sur les allées, car la dégradation peut prendre plus de 9 mois.

Il faut qu’il soit frais, prendre des rameaux où la vigueur de la plante se concentre avec le maximum d’éléments. Eviter absolument les résineux. La transformation de la lignite par dégradation (champignons et non bactéries) crée un mycélium important et donne un humus stable et de longue durée. C’est le type d’humus qui retient mieux l’eau et les éléments nutritifs.

L’étaler en début d’automne, sur une petite couche ( + de 15 cm anaérobie il n’y de champignon) pour pouvoir cultiver au moins 6 mois  plus tard. Biodiversité du sol à son maximum.

L’utilisation de BRF n’est rapidement efficace que sur un sol vivant, c’est-à-dire un sol où l’on cultive et protège la vie biologique qu’il héberge.

Les composts verts ou nouveau compost.

Créé dans les centres de recyclage qui collecte des déchets verts de la ville. Au cours de leur décomposition, ces déchets montent à des très grandes températures. Les graines qui sont contenues, sont ainsi neutralisées. On les mets sur la surface du sol pour l’enrichir.

 

affiche_bourseauxplantes_2016 

Centre one Planet 26, rue de Cessange L-1320 Luxembourg  07 mai 2016 de 14h à 17h30

La première Bourse aux plantes bio est née en 2015 grâce au partenariat entre le CELL et le groupe Schuler sur le site du futur quartier écologique de Hollerich Village.

Son succès a confirmé que cet événement correspondait à un besoin réel. C’est pourquoi nous la renouvelons cette année avec encore plus d’exposants et d’ateliers!

Vous trouverez au cours de cette journée des plants de légumes et de fleurs sur les stands des professionnels ou des groupes locaux du mouvement de la Transition, ou encore des semences (SEED et Kraizschouschteschgaart) adaptées localement, et des produits transformés régionaux.

Le groupe Transition Luxembourg vendra sa propre production de plantes issues de semences fournies par SEED du Luxembourg ou achetées chez Kokopelli, Semailles ou autres.

Si vous-même avez récolté des graines de ce type-là, vous pouvez venir les échanger. Si vous avez des plantes à échanger, n’hésitez pas à les apporter : vous pourrez le faire aussi !  L’espace troc sera le lieu de ces échanges ainsi que des nombreux ateliers qui se dérouleront tout au long de l’après-midi : visite des ruches installées sur le site et partage de l’expérience d’apiculteurs amateurs, réalisation de mini serres « upcyclées » ou de pots à partir de papier journal…  Et les enfants s’amuseront aussi et pourront cette année encore apprécier les talents de la maquilleuse Marianne.

Cette Bourse est aussi l’occasion de rencontrer des personnes passionnées par le végétal aux  multiples conseils et informations très pointues ou de profiter d’échanger sur le fonctionnement des jardins communautaires, de découvrir l’équipe TERRA et tous les producteurs fantastiques de la région engagés vers une agriculture durable.

Une restauration salée et sucrée est prévue sur place ainsi que des boissons et bières biologiques.

Vous pourrez proposer des ateliers et nous aider à organiser la journée le jour même ou dès aujourd’hui en indiquant vos propositions et disponibilités sur le document partagé suivant : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1Vvqq621sqh147JE9asIuLmztQ5SDFwNwHo9wnlYpGfI/edit#gid=0

Nous vous attendons tous pour cette journée très animée et conviviale !

Anne-Marie Didier et Karine Paris

Géolocalisation :

http://fr.mappy.com/#/6/M2/TSearch/S26+Rue+de+Cessange%2C+1320-1321+Luxembourg+(Luxembourg)/N151.12061,6.11309,6.1107,49.59714/Z15/

 

 

Inauguration festive le 12 mars de la Maison de la Transition “MESA”

1 rue du moulin (coin avenue de la gare) à Esch sur Alzette, créée par transition Minett.

Un lieu de rencontre et de travail autour de la transition énergétique et citoyenne pour un avenir durable et solidaire.

Vous y trouverez épicerie, bar, restaurant, achalandés uniquement par des produits bio et locaux.

Vous pouvez aussi venir pour travailler et co-construire des projets de création d’entreprise et autres, vous y trouverez assistance, conseils et documentation.

SCAN0002

 

We would  like to remind you of the opportunity to participate in the Transition conference in November. The deadline for registering has been extended. To register, please fill in the following document (please click on “document” to access to the form) and email it to hollenfels@snj.lu.

Program of the conference

Fichier attaché Taille
PDF icon 1 Programme Conférence Benelux TRANSITION.pdf 678.2 Ko
PDF icon 2 Programma Benelux-conferentie TRANSITIE.pdf 715.54 Ko

Bourse aux plantes at One Planet Center

Pour la première fois au Grand-Duché, une bourse aux plantes non traitées va être organisée par le groupe Schuler et l’association CELL. Le mouvement Transition Town y participe en tant que producteur.

Rendez-vous le 9 mai à Hollerich-village, à l’endroit même où un éco-quartier devrait sortir de terre dans les prochaines années.

Cette bourse aux plantes, outre la vente de semis et plants bio, va également donner aux participants et visiteurs la possibilité d’échanger plantes et graines pour enrichir la diversité de leur jardin et de leur potager. Les plants auront été choyés par des jardiniers qui utilisent des graines “autochtones” dont la plupart ont été récoltées dans les jardins de la région.

Mais la journée sera également ponctuée de workshops thématiques pour les plus grands et d’animations pour divertir et intéresser les plus jeunes.

Projection du film « Cultures en transition » de Nils Aguilar vers 18h30 suivie d’un débat sur l’agriculture urbaine et l’alimentation des villes.

Vous êtes tous les bienvenus pour cette grande première où passionnés et jardiniers amateurs sont chaleureusement invités à acquérir et échanger richesses végétales et connaissances potagères…

Adresse du jour : Centre One Planet  26, rue de Cessange à Luxembourg-Hollerich

(En prenant la rue de Cessange à partir de la route d’Esch, tourner sur la droite dans la petite route juste avant le tunnel sous le chemin de fer. Les bâtiments de One Planet Center sont au bout de cette petite route).

Demande d’infos : organisation@cell.lu ou tél : 691 73 76 99   Une grande première au Luxembourg, donc. Qui n’attend plus que son public, nombreux. Et la météo, aussi clémente que possible.