Les couvertures du sol

En permaculture, on ne retourne pas le sol, mais on le couvre en permanence. Cette couverture va entretenir le sol et est un support à l’arrosage

Cinq raisons pour couvrir le sol :

Outil de travail du sol: les couverts végétaux et leur faune associée travaillent la terre. On protège cette faune du gel, du soleil on la garde à l’humidité et au chaud.

Conservation du sol. . Le paillage protège votre sol de la battance des pluie qui pourrait entrainer les limons fins et votre humus dans les ruisseaux. Il va au contraire recueillir l’eau, l’empêcher de ruisseler et lui permettre de s’infiltrer doucement dans le sol.

Les couverts protègent le sol du soleil. L’humus à un effet éponge (argile –humus) et a un effet réservoir, ils limitent l’évaporation.

Fertilisant, les couverts vivants  se minéralisent en nourrissant les cultures

Et enfin la dernière raison qui n’est pas la moindre. La couverture tient le rôle de désherbant car il prive les graines de lumière et ainsi ne peuvent pas lever. La jonction terre-paillage entretient quelque millimètres en fermentation et ainsi bloque la germination des graines.

 

Un abondant paillage en automne est important afin de préparer la terre pendant plusieurs mois. Au printemps, on sème ou on plante sur un sol mis à nu temporairement pour rajouter la couverture au fur et à mesure du développement des plantes

Les types de couverture

On ne parle pas du fumier, car ils nourrissent les plantes, mais créent très peu d’humus. De plus ils sont souvent issus d’élevage où l’on utilisent antibiotiques et autres médicaments.

Les pailles foins, feuilles mortes et tontes de gazons, tilleul.

Ces couvertures sont riche en cellulose et pauvre en lignite. Humus jeune et minéralisation facile.

Elles sont dégradées par les micro-organismes du sol qui produisent des éléments assimilables très rapidement par les plantes et en même temps construisent l’humus.

Paille et foins, couverture très performantes . Mais ATTENTION au problème de l’azote. Pour dégrader la paille fraiche, les micros organismes utilisent beaucoup d’azote !!!  (3 semaines de retard) Importance d’acheter la paille fin de l’été et celle qui sera utilisée pour l’été prochaine on la laisse se dégrader dans un coin – donc pas de choc d’azote

Les tontes de gazon sont faciles à installer entre les plantes et se dégradent très vite

Les feuille mortes comportent des minéraux puisés profondément par les racines des arbres et ont grand pouvoir  fertilisants. Les fleurs de tilleul sont aussi une bonne couverture

Les engrais verts

Véritables pompes à nitrates, à potasse, soufre et autres sels minéraux solubles, les engrais verts sont des coffres-forts qui stockent ces précieux nutriments des plantes et les mettent à l’abri du lessivage, notamment en automne et en hiver.

Les engrais verts font parti de la rotation. On sème en fin d’été début d’automne (sur une parcelle de PDT), phacélie, trèfle ou moutarde. Ces cultures vont protéger le sol et leur racines puissantes fissurent le sol et l’aèrent. les légumineuses tel que le trèfle, fixent l’azote de l’air et la transforme en nitrate.

Vous pouvez au bout de quelques mois, coucher ces plantes et les couvrir de paille qui va désagréger ces plantes (sucre- cellulose) et stimuler les bactéries. Le faire  avant la floraison pour laisser les réserves dans les racines. Les engrais verts produisent  qu’un peu d’humus mais sont de puissants extracteurs

La semence de ces engrais verts étant couteuse, il est conseillés d’en laisser une partie monter en graines afin de les récolter.

 

Le BRF. Bois raméal fragmenté.

Nous ne l’utilisons que sur les allées, car la dégradation peut prendre plus de 9 mois.

Il faut qu’il soit frais, prendre des rameaux où la vigueur de la plante se concentre avec le maximum d’éléments. Eviter absolument les résineux. La transformation de la lignite par dégradation (champignons et non bactéries) crée un mycélium important et donne un humus stable et de longue durée. C’est le type d’humus qui retient mieux l’eau et les éléments nutritifs.

L’étaler en début d’automne, sur une petite couche ( + de 15 cm anaérobie il n’y de champignon) pour pouvoir cultiver au moins 6 mois  plus tard. Biodiversité du sol à son maximum.

L’utilisation de BRF n’est rapidement efficace que sur un sol vivant, c’est-à-dire un sol où l’on cultive et protège la vie biologique qu’il héberge.

Les composts verts ou nouveau compost.

Créé dans les centres de recyclage qui collecte des déchets verts de la ville. Au cours de leur décomposition, ces déchets montent à des très grandes températures. Les graines qui sont contenues, sont ainsi neutralisées. On les mets sur la surface du sol pour l’enrichir.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: